le blogbuster - Chroniques cinéma de Ripley et Maverick
le vilain petit canard
par Ripley | le 31 mars 2014 | 2 commentaires
Captain America le soldat de l’hiver, de Anthony et Joe Russo

Le temps d’écrire le titre et j ‘ai oublié la raison pour laquelle j ‘ai mis une étoile. Mauvais signe pour ce très mauvais produit de la série Avengers, qui n’a peut être d’équivalent, de l ‘autre côté du miroir de Marvel, que l ‘effroyable Green Lantern. Voilà un film de deux heures huit minutes, avec peu de temps morts, et qui réussirait quand même à endormir un hibou. La franchise Captain America, gros bêta stéroïdé pour son pays, est drôlement plus intéressante qu ‘il n ‘y parait. Pont entre les époques, elle évoque de nombreux sujets passionnants, comme ce qui fait nation, le rôle du soldat, la question de la désobéissance où la force des symboles. Mais vous ne verrez rien de tout ça ici; et vous ne verrez rien de très nouveau par rapport à ce que vous avez vu dans The Avengers, où la premier Captain America de Josh Wheedon. Même le rôle de Scarlett Johanson est écrit pour rendre sentimentale voire « girl next door » la sans pitié Black Widow. Le reste est ennuyeux, même pour un film du dimanche soir. Petit canard,  Captain America ne trouve pas son style, son identité graphique et son but et sa place dans la galaxie The Avengers et n ‘est pas prêt de se transformer en cygne.

L’étoile est pour Robert Redford en Chef du S.H.I.E.L.D, mais elle est généreuse.

Dans la même veine:

2 commentaires sur “Captain America le soldat de l’hiver, de Anthony et Joe Russo”

  1. Maverick:

    Ce n’est pas parce qu’il y avait un Australien torse nu dedans qu’il faut oublier à quel point Thor était nul aussi.

  2. maverick:

    C’est vrai que c’est long dis donc. Et quand tu sors 150 millions de dollars pour un film, tu peux trouver de la place dans ton budget pour éviter que ton méchant algérien parle français avec l’accent quebécois et éviter les traductions Google (« partez les moteurs »).
    Deux trucs sympas tout de même: l’épitaphe sur la tombe de Nick Fury (« The path of the righteous man… », clin d’oeil à Pulp Fiction) et Scarlett Johansson évidemment.

Exprimez vous