le blogbuster - Chroniques cinéma de Ripley et Maverick
Haut le coeur
par Ripley | le 20 octobre 2011 | 1 commentaire
Polisse, de Maiwenn

Il y a 10 ans, j ‘ai rencontré une fille que faisait de l écoute de femmes maltraitées la nuit au téléphone, dans un bureau fumeur de minuit à six heures, ou je travaillais. Une troisième copine essuyait les plâtres de la banque en ligne. A six heure du matin on allait en boîte danser et boire mais surtout boire.  Tous les jours, à mon boulot, je vois des femmes victimes de violence, elles sont prises en charge par d’autres services que le mien, je ne vois que leur silhouette. Mais je constate qu’il y en a de plus en plus.

Polisse n ‘est pas parfait, loin de là. Mais il parle avec justesse de ce qui ne va pas, de cette impuissance terrible à rétablir un peu de bien et un peu de normal. Avec des succès parfois, des petites gouttes d’eau qui aident à tenir. Alors oui, il y a un côté téléfilm, série TV. Mais dans le bon sens. Comme à l’âge d’or de Nip Tuck, où les déviances des clients de la clinique esthétique forçaient ses héros à réfléchir un peu. Alors on peut regretter le personnage de Maïwenn, qui est toujours entrain de se montrer « en processus créatif », qui alourdit un peu le propos. Mais il y a deux ou trois scènes que j ‘ai déjà vécues et qui méritent d’être montrées à grand coup de prix du jury. On a crié à la caricature, alors que le film est documenté.  L’horreur et la misère humaine existent, ceux qui la gèrent y laissent parfois leur peau. On voit ça dans Polisse. Et ça fait du bien pour eux.

Dans la même veine:

1 commentaire sur “Polisse, de Maiwenn”

  1. Maverick:

    Maïwenn réalise bien mieux qu’elle ne joue. A part elle, tout le monde est incroyable de naturel. La mise en scène est enlevée et l’écriture très rarement forcée (la scène du Coran est de trop). Ca m’a fait penser à « Urgences » avec tous ces personnages traités à égalité qui ramènent leur boulot à la maison mais avec un réalisme et une humanité dont Hollywood est incapable. 3 étoiles bien méritées.

Exprimez vous